Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 10:09

Mon ami Vincent, qui a aussi participé à cette incroyable aventure qu'est l'UTMB, nous raconte son voyage....

Voilà c’est fait, nous sommes le 22/12/2013 et je suis pré-inscrit pour l’UTMB pour la première fois.

Il me fallait 7 points, les voilà réunis en 3 courses :

  • le FESTIVAL DES HOSPITALIERS (74km) à 2 points
  • l’ULTRA TOUR DES 4 MASSIFS - UT4M - 160KM (168km) à 4 points
  • le GRAND TRAIL DES LACS ET CHATEAUX - LES FOUX FURIEUX 84KM (86km à 2 points

Et bingo !!! Je reçois un mail qui m’indique que je suis tiré au sort.

Je mesure ma chance par rapport à ceux qui essaient depuis plusieurs années, et je valide donc mon inscription en payant le solde.

Le plus facile est fait, il ne reste plus qu’à s’entrainer…

 

1ere quadrimestre  de la vitesse et de la « caisse »

Les 4 premiers mois, ce sera du plat et de la vitesse avec à la clé le marathon de Rotterdam que je ferai avec Benoit et ses potes, et ensuite il faudra travailler le dénivelé.

 

Gregory, Régis, Eric, Patrick, Benoit

Gregory, Régis, Eric, Patrick, Benoit

Voilà, c’est fait le marathon est bouclé en 3h09, ce qui n’est pas mal pour un traileur …

Voilà, c’est fait le marathon est bouclé en 3h09, ce qui n’est pas mal pour un traileur …

2eme quadrimestre : il faut du dénivelé …. Du dénivelé

C’est maintenant que vient la partie la plus intéressante pour un « gars du nord » : faire du dénivelé !

Entre le Mont saint Aubert et les terrils de Loos en Gohelle, il n’y a pas vraiment grand-chose à se mettre sous la dent.

Et pas question d’emmener la famille en vacances à la montagne en avril, sachant qu’on y va 2 semaines en aout !!

L'UTMB... par Vincent !!!

Aout arrive à grands pas, ça sent le trail  et les vacances…

C’est entre 4 semaines et 1 semaine avant la course que tout se dérègle pour un coureur : je cherche les sensations et je me retrouve avec une torsion au genou (à force d’avoir forcé dans les descentes des terrils) et côté pied : un interstrigo (courant paraît-il chez les coureurs) un panari, …..

On dirait que tout est fait pour que ma course ne se passe pas normalement. Mais cela n’empêche pas de m’entrainer avec mon copain christophe ….. avec qui nous avons passé une merveilleuse semaine à Vaujany (en compagnie de sa petite famille ;-)

L'UTMB... par Vincent !!!

L’arrivée à Chamonix….

Chamonix semble être la capitale mondiale du trail, il y a des boutiques de trail PARTOUT, on a envie de tout acheter. Pour la première fois de ma vie j’entends Sabine me dire « j’en ai marre de faire les magasins ! ».

Enfin une femme qui sait ce que son mari endure …. ;-)))))

Mais la première chose à faire, aller voir l’arche de départ !

L'UTMB... par Vincent !!!

Jour J-3 avant le départ, le stress commence à monter….

C’est le jour de « l’épreuve » de Lennie qui s’est inscrite pour le mini UTMB, soit 1 800m à parcourir avec 2 montées.

Il y a presque 150 enfants prêts à partir et qui vont découvrir les joies & souffrances du mini trail.

Le départ est lancé j’avais prévenu Lennie, ne pas partir vite … de toute façon il y a des montées et 1 800 m c’est long pour une petite fille de 9 ans.

Je la vois arriver en 35ème position complètement essouflée (la course est non classée mais je n’ai pu m’empêcher de compter sa place) ;-)

Eh oui, la course à pieds est un sport ingrat et difficile mais quel que soit son niveau, la joie de voir la ligne d’arrivée est toujours intacte.

C’est le moment d’aller chercher mon dossard.  Comme il y a les coureurs de la TDS, de la CCC, de l’OCC, de l’UTMB, il y a du monde. Mais l’organisation est d’une efficacité sans faille, et en ¾ d’heure j’ai récupéré mon dossard.

Je comprends désormais l’engouement qu’il y a autour de l’UTMB.

Lennie avant la course

Lennie avant la course

Jour J et entre H -7 et H ….

Je vide et refait pour la vingtième fois mon camelback et soudain cela sent le brulé : ma lampe frontale principale est en train de brûler à cause d’un câble qui est coupé. Panique à bord !

C’est en toute hâte que nous allons chercher un autre frontale.

Gregory doit me rejoindre à midi avec 2 copains pour une pasta party. L’ambiance est détendue mais on sent que le départ est proche… Nous nous dirigeons vers la ligne départ (prévu à 17h30).

Avec mon copain Greg, qui a des airs de Bruce Willis, le départ est tout proche

Avec mon copain Greg, qui a des airs de Bruce Willis, le départ est tout proche

Il est 17 h 00, nous sommes sur la ligne de départ et à 30 minutes du départ, il se met à pleuvoir.

Le départ est donné, les 2 400 coureurs inscrits partent sous une pluie battante …

Tout chamonix et toutes les vallées du Mont blanc sont présentes ; il y a un engouement et un monde ENORME autour du départ.  Apres avoir fait un tour d’honneur dans la foule, nous nous enfonçons dans les chemins …..

Et je suis parti pour 168 km et 9 600 D+, soit à ce moment-là pour objectif : 41 heures de course … et donc un finish en milieu de tableau 1000ème, ce qui ne serait pas si mal pour un « gars du nord ».

L’essentiel étant d’aller jusqu’au bout de mon périple.

De Chamonix à Saint Gervais : 21.2 km et 1 046 D+

Cette première partie est importante pour moi car selon mon plan de course, j’arrive 10 minutes avant  la barrière horaire. Je décide donc de partir plus vite de de reprendre mon rythme après.

Il pleut et le terrain glisse, le terrain est boueux et on ne sait plus si on marche sur de la boue ou les cailloux. Il faut donc redoubler de vigilance.

J’arrive donc à saint Gervais 1 heure d’avance sur la barrière horaire, à la 789ème position,  ce qui me permet de prendre mon temps au ravitaillement : remplir mon camel back et voir sereinement la suite de la course.

De Saint Gervais à La Balme : 17.2 km et 1 200 D+

Cette partie est compliquée pour moi, car je suis parti plus vite que mon niveau et je le paie sur la montée qui est assez sévère. Je laisse donc filer le flot de coureurs qui prend son rythme et me dépasse. Il y a 77 nationalités représentées mais beaucoup de japonais qui sont impressionnants : ils grimpent vite et sans bâton !

Il est 23h51 et j’arrive à La Balme, le trail est lancé, plus personne ne parle déjà beaucoup. Tout le monde pense au Col du Bonhomme, première principale difficulté …

De la Balme au Lac Chapieux : 9.5 km et 800 D+

Le col du bonhomme, c’est plus de 600 Mètres de montée à près de 20%, et ce après les 500 D+ à 12% qui mènent à la Balme.

Il fait noir, et il pleut encore, il faut se mettre dans un groupe pour ne pas être seul et être capable de le suivre. Heureusement il y a encore du monde et je peux m’accrocher. Là me vient, pour la première fois, l’idée d’abandonner :

  • mais pourquoi me suis-je inscrit ?
  • ne pouvais-je pas me contenter du GRP et de l’UT4M ?
  • Suis-je assez motivé pour aller jusqu’au bout ?
  • Suis-je assez entrainé ?
  • Et si j’arrêtais à la première base vie ?

De toutes façon, les prétextes ne manqueront pas, ils sont courants chez un coureur …..

Allez, nous voilà au Lac chapieux, je suis 989ème et il est 2h30 du matin, beaucoup de ceux qui liront ce resumé étaient en train de dormir ….

Du lac chapieux à courmayeur : 26 km et 1 500 D+

La prochaine étape sera Courmayeur ; première « base vie » où il sera possible de se changer. Mais il faut arriver jusque-là. Cela sera le signe pour moi d’avoir passé la première nuit : il fera jour. Et j’ai encore 50 minutes d’avance sur mon timing. Je sais que je le perdrai à la base vie, il ne faut pas oublier mon objectif initial : terminer.

Je n’ai pas encore parlé des paysages, normal, il fait nuit, il pleut et la première partie n’est pas vraiment la plus belle.

Le col de la Seigne est juste après le ravitaillement du Lac chapieux ; c’est facile à calculer : 10 km de montée pour 1 000 D+, soit 10%.

Ce col sera suivi de 4 km à -12%, de 500 D+ à +12%, de 5 km à -11%, et de 4 km à -20%.

Sans parler de la technicité du terrain …. Du fait qu’il est boueux que cela glisse et qu’il faut sans cesse se retenir.

C’est donc les cuisses en feu que j’arrive à courmayeur, mais je suis habitué à avoir mal aux cuisses et à courir avec ce mal. Mes deux ultras précédents m’y ont préparé. Et puis, me 2 femmes m’attendent au ravitaillement, il faut que je me montre en pleine forme ….

Autres points importants, il ne pleut plus et il fait clair !!!!! J’ai comme l’impression de ne pas m’en être aperçu avant, alors j’éteins ma frontale …

L'UTMB... par Vincent !!!

En effet, il est 8h38 et j’avais prévu d’arriver à 9h10, j’ai donc ½ heure pour me changer complètement, manger, refaire mon sac.

C’est le moment de faire le point sur l’état de mes pieds, trempé ; j’espère ne pas avoir de cloque ni d’interstrigo, ni rien d’autre …..

J’arrive donc en 914ème position à courmayeur, et je me dis que la moitié du chemin est fait, mais la première moitié est toujours la plus facile … Car on attaque la seconde moitié en ayant déjà la première moitié dans les jambes (enfin, je me suis compris).

Le temps passe vite quand on est occupé et quand on est en phase de repos. J’apprends avoir reçu de nombreux messages d’encouragement de la part des copains de course à pied, cela me fait plaisir, quasiment tous mes copains coureurs sont cités. Ils savent ce qu’est d’endurer une épreuve de longue distance. Benoit a même fait une grosse pub sur le site du VAFA. Merci Ben !

J’apprends aussi que mon « mentor » de course à pied, Laurent, celui qui m’a fait rentrer dans le monde du trail (je n’ai jamais su si je devais le détester ou le remercier pour cela) a abandonné Belledonne pour cause d’une douleur au genou. Je prendrai de ses nouvelles à l’arrivée. Mais c’est son premier abandon et connaissant son niveau exceptionnel (c’est un monstre sacré du trail pour moi) il n’a pas pu faire autrement.

Il y a eu aussi beaucoup d’abandon à Courmayeur à cause de la pluie, de la fatigue, …..

Et puis il parait que Courmayeur est un objectif pour certains participants …… ce qui serait dommage si c’était le cas, car ils ont pris la place de ceux qui sont capables d’aller jusqu’au bout et n’ont pas été retenus au tirage au sort.

Il est temps de repartir et je demande donc à mes 2 supportrices si elles seront présentes à Champex Lac, au 121ème kilomètre. Il est 9h15 et j’ai 4 minutes de retard sur mon planning de 41 heures, tout va bien ….. Je suis reposé et j’ai fait le plein de confiance ….

La photo n’est pas floue à cause de ma vitesse

La photo n’est pas floue à cause de ma vitesse

De Courmayeur à Arnuva : 17 km et 1 300 D+

Quand on sort de Courmayeur on rentre directement dans le vif du sujet : près de 5 km à 18% et les 7 km suivants sont « roulants » ; je le savais car je l’avais lu dans le compte rendu d’autres coureurs.

Je cours donc pendant près de 5 km, et à ma grande surprise je double près de 100 coureurs qui marchent alors que le terrain est à peine vallonné. Là je me sens suivi par quelqu’un qui prend mon rythme, c’est un Belge, Thierry, un autre coureur (nous finirons la course ensemble) d’un autre plat pays.

Le temps passe donc vite et c’est en pleine confiance que j’arrive à Arnuva.

De Arnuva à Champex Lac : 28 km et 1 700 D+

Quand on se sent bien, cela ne sert à rien de rester aux ravitaillements ; il vaut mieux partir vite. C’est ce que je fais. Thierry est parti devant moi et attaque le col Ferret. Je fais donc mon rythme et j’arrive en haut au bout d’une heure 30 de marche pénible ….

L'UTMB... par Vincent !!!

Cette photo n’est pas représentative de la difficulté du col Ferret puisqu’elle n’est pas prise du bas.

Le col Ferret c’est 4.5 km à près de 20%. On regarde en haut et on fait Wouah !!! Ceux qui sont en train de grimper en haut ont au moins 1h30 d’avance sur nous. Cela veut dire 1h30 de montée à 20% et encore si on ne ralentit pas ….

Pour donner une idée du % de la montée et descente

Pour donner une idée du % de la montée et descente

Il faut ensuite attaquer 9.5 km de descente à -12% et 8.5 km de descente à -7% sur du chemin technique (enfin pour moi !!) parsemé de cailloux.

Pour ensuite reprendre 500 m D+ sur 5 km soit +10%

 

Le temps passe vite car les paysages sont magnifiques, même si je n’ai pas pris le temps de prendre des photos ….

L'UTMB... par Vincent !!!

Il est 19h30, j’arrive à la base vie de Champex Lac et j’avais prévu d’arriver à 20h20. Cela me laisse encore ½ heure pour rester avec mes 2 petites femmes qui sont à cette seconde base vie.

L'UTMB... par Vincent !!!L'UTMB... par Vincent !!!

De Champex Lac à Chamonix : 44 km et 2 500 D+

Il est 20h03 et je repars de Champex en 683ème position, ce qui n’est pas trop mal pour moi.

Dans 1 heure il fera nuit mais je n’ai pas encore sommeil. Certains préfèrent anticiper et dormir à cette dernière base vie. Je préfère dormir lorsque je suis fatigué.

La dernière partie est composée de 2 principales difficultés : le col de catogne 800 D+ à près de 20% mais sur du chemin technique, essentiellement caillouteux. Je rentre dans un groupe qui avance comme un seul homme. Nous sommes 7/8, personne ne parle. Personne ne veut « passer devant » lorsque le premier de cette « cordée «  pose la question. A 8 frontales, on voit mieux que tout seul. Et puis cela permet de se calquer sur un rythme.

Arrivé au col des Montets, je repoins Thierry le belge, il habite là où se déroule un trail connu en Belgique : la « grimace du grand georges ».

Il m’avoue avoir beaucoup donné dans le grand col Ferret ; je lui propose de faire le rythme, il n’a qu’à me suivre. De toute façon, je ne vais pas vite, mais je suis tellement heureux que ce soit la dernière difficulté. La Tête aux vents c’est 700 D+ à près de 20% mais la caractéristique est qu’il n’y a pas de chemin : il faut quasiment toujours y mettre les mains : c’est de la quasi escalade !

Je trouve cela limite dangereux…

En plus il faut « trouver son chemin » en allant de balise en balise. Je me retrouve donc premier d’une équipe de 15/20 traileurs qui me suivent. Lorsque je cherche le meilleur endroit certains m’aident aussi avec leur frontale afin d‘éclairer le passage. Je me retourne, Thierry s’est détaché mais il suit de loin à son rythme. Tant mieux.

Arrivé en haut certains me tapent sur l’épaule pour me remercier d’avoir « ouvert » le chemin, c’est gratifiant …. Mais j’ai trouvé cela sympa et puis c’est toujours plus facile de faire le rythme.

La descente sera plus difficile, très caillouteuse d’autant plus que je tombe et me cogne le genou.

Je ne peux plus courir dans la descente qui me parait interminable.

Et je suis bien content d’arriver à la Flégère le dernier ravitaillement. La douleur et la fatigue se portent sur mon visage et une infirmière vient me voir pour me proposer un bandage après m’avoir interrogé.

Il ne reste plus que 8 km et 935 D- cela n’est pas la peine. La dernière descente est à -13% et nous repartons Thierry et moi. C’est un bon rouleur : nous sommes à 4’30  au kilo et nous doublons beaucoup de coureurs.

L’arrivée est proche, nous arrivons dans Chamonix à 8h45 et c’est un dernier « tour d’honneur avant de rejoindre l’arrivée » en compagnie de Thierry, le sympathique belge …..

Finalement j’aurai bouclé ce périple en 39h20, soit 1h40 de ce que j’avais planifié.

Et en 605ème position, sur 2 400 inscrits.

Mon copain Greg qui est « du cru » a fini en 34 heures, Bravo à lui. Il doit déjà dormir en ce moment …..

Ils sont tout fiers avec leur polaire finisher vert

Ils sont tout fiers avec leur polaire finisher vert

J’ai la chance de faire partie des 65% de finisher de cette épreuve.

Le temps de remercier l’organisation, d’une douche, de me changer. Il faut maintenant repartir car lundi c’est boulot.

Ce trail est mon troisième (après le Grand Raid des Pyrennées et l’UT4M) et j’y suis venu un peu par hasard cette année.

Je me suis inscrit au tirage au sort tout en n’espérant pas grand-chose compte tenu du nombre important de coureurs dans le monde qui souhaitent le courir. J’ai fait partie de ceux, qui sais le connaitre, ont pensé que l’UTMB était une « machine à pognon ».

C’est peut être le cas, chacun a le droit d’en penser ce qu’il veut, mais je reconnais la qualité de l’organisation, des ravitaillements,  le soin apporté à chaque instant aux coureurs et les moyens mis en œuvre pour assurer notre sécurité. Et je ne parle pas de la splendeur du parcours et la beauté des paysages.

Un grand bravo aux organisateurs qui ont eu le courage de mettre en place cette course et aux bénévoles, sans qui rien ne peut se passer.

Je souhaite à tous les amoureux de la course à pied et de la nature (qui n’est malheureusement plus respectée) de pouvoir vivre une telle aventure ….

Oui, c’est vrai, faut être c…  pour se mettre volontairement dans ces états là, mais heureusement, je ne suis pas le seul … d’autres le font et certainement pour les même raisons que moi …..

Oui, c’est vrai, faut être c… pour se mettre volontairement dans ces états là, mais heureusement, je ne suis pas le seul … d’autres le font et certainement pour les même raisons que moi …..

Résumé de l’itinéraire

Résumé de l’itinéraire

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Salut Champion,<br /> Je viens de lire ton résumé de l'UTMB grâce à Greg qui m'a envoyé le lien. Très IMPRESSIONNANT comme épreuve que tu as réussi à franchir jusqu'au bout. Un grand BRAVO et beaucoup d'admiration car tu as pleinement profité de la chance qui t'a été offerte de participer à cet Ultra légendaire.<br /> A bientôt et bravo également à Lennie (elle a de qui tenir !)<br /> Eric de Rotterdam
Répondre
R
Bonsoir,<br /> Je te fais passer mon mail par Greg.<br /> Moi je trouve que pour un mec qui n'est pas fait pour le dénivelé, c'est déjà pas mal tous ces trails avec l'UTMB en cerise sur le gâteau.<br /> Moi dans une semaine c'est les 100km de Millau, la pression monte !!!<br /> A+
V
salut eric, <br /> merci pour ton commentaire sympa.<br /> l'epreuve est mythique et hors du commun<br /> c'est effectivement une superbe experience et je mesure la chance d'avoir pu la faire.<br /> bonne continuation<br /> à bientôt<br /> vincent
R
Salut Vincent,<br /> <br /> J'ai pris du plaisir de lire ton article, félicitation à toi pour cet UTMB mener de main de maitre.<br /> Avec un article ou je retrouve bien ton style, à bientôt sur les chemin ou ailleurs.<br /> Et merci pour le vendredi c'était bien Sympa.
Répondre
V
salut regis<br /> merci pour ton mail , c'est sympa. le denivele en fait c'est pas trop pour moi ....<br /> je m'y retrouve plus dans les semis<br /> sinon j'espere que ton prochain marathons sera le bon. tu as prevu lequel déjà ?<br /> merci<br /> vincent<br /> nb : ton adresse e mail ne fonctionne pas

C'est Quoi Ce Blog ???

  • : Trail & Montagne.... Par Greg
  • : La course nature, le Trail et la course de montagne vu de ma fenêtre....
  • Contact

Billet du jour...

UTMB

En mode reprise.... Objectif UTMB !!!

 

                               Piste GlobeRunners Quadri

Recherche